NL  -  FR  -  EN  -  DE

Lodewijk Mortelmans 1868-1952

 

 
Prince du Lied Flamande
Lodewijk Mortelmans  

Lodewijk Mortelmans est né à Anvers le 5 février 1868.
Il est le deuxième fils de l'imprimeur Charles Mortelmans.
Il est décédé le mardi 24 juin 1952 à Anvers
et est enterré sur le grand champ d'honneur au cimetière 'Schoonselfhof'.
 
C'était un musicien et compositeur belge éminent et universel.
Ses chansons poètiques, ses compositions pour piano, intimes et subtiles,
et ses oeuvres pour orchestre comptent parmi les chefs d’oeuvres de
la musique européenne de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle.

 

 

1887 De Bloemen en de Sterren

De bloemen en de sterren  
Lodewijk termine ses études de musique à l’âge de 19 ans pour se perfectionner ensuite auprès de Peter Benoit dans la composition et l’orchestration.
Cette même année, il reçu pour son premier Lied intitulé "De bloemen en de sterren" le premier prix lors du concours 'Vlaams-Hollands Tornooi' à Roeselare.
 

 

 

1893 Prix de Rome 

1893 Participants Belgian Prix de Rome  
En 1889, agé de 21 ans, il participa 'juste un fois pour essayer', et obtint, avec Paul Lebrun, un second Prix de Rome partagé, proposant sa cantate Sinaï. En 1891, suite à une maladie, il dût interrompre sa participation.
 
En 1893, Lodewijk Mortelmans, alors 25 ans, gagnait le premier Prix de Rome avec sa cantate Lady Macbeth.
 
[Photo des participants]
 
 

 

 

1899 - Festival Lodewijk Mortelmans

Lodewijk Mortelmans  
Un Festival Lodewijk Mortelmans eu lieu à Anvers en 1899. Son œuvre symphonique reçut un accueil enthousiaste. A partir de ce moment-là, Lodewijk Mortelmans était considéré comme la figure de proue incontestée de la vie musicale anversoise. Avec Paul Gilson, il était le compositeur principal de la jeune génération qui a rénové la musique flamande.
 
D'après des notes personnelles de Lodewijk Mortelmans :
"Le 17 avril 1899 se tenait à Anvers un grand Concert reprenant que des œuvres de Lodewijk Mortelmans et conduit par lui-même. Ce fûrent les oeuvres Helios, Mythe der Lente, Een lied van de smart, Salve Regina et Homerische Symphonie, toutes composés après son Prix de Rome. Ce concert fixait définitivement la réputation de Lodewijk Mortelmans. D'ailleurs Joseph Dupont avait déjà repris 'Mythe der Lente' lors des Concerts Populaires à Bruxelles."
 
 

 

 

Guido Gezelle

Guido Gezelle  
Avec Lodewijk Mortelmans, le raffinement de la forme fait son entrée dans la musique flamande. Il possédait une personnalité riche et multiple, à laquelle il a su donner une forme musicale à sa manière. Il s'est efforcé de combiner dans l'art la beauté la plus raffinée des formes avec le plus grand naturel. Ses lieder, souvent sur des textes de Guido Gezelle, sont parmi les plus belles de l'art de la chanson européenne.
Guido Gezelle était un prêtre flamand et est connu, entre autres, pour ses poèmes subtils sur la nature. ©Wikipedia
Le compositeur Lodewijk Mortelmans était en outre un pédagogue de talent qui a formé de nombreux musiciens de renom, parmi lesquels Lodewijk De Vocht, Marinus De Jong, Emmanuel Durlet et Flor Peeters.

 

 

Conservatoire Royal Flamand de Musique

Lodewijk Mortelmans  
Lodewijk Mortelmans était professeur de contrepoint et de fugue au Conservatoire Royal Flamand d’Anvers de 1901 jusqu’en 1924. Ensuite, il y fût nommé directeur jusqu’à sa retraite en 1933. Il enseignait également la composition à l’école interdiocésaine à Malines, réputée pour sa musique religieuse, l’actuel Institut Lemmens à Louvain.
 
Après la mort d'Emile Wambach le 6 mai 1924, Mortelmans devient le quatrième directeur du Conservatoire d'Anvers le 6 septembre de la même année. Sous la direction de Mortelmans, le nombre d'élèves a chuté de moitié environ : de 1.500 en 1924 à 740 en 1931.
Cela peut s'expliquer par un concours de circonstances : la crise économique, les taxes plus élevées sur la musique en direct dans les cafés et les salles de danse, ce qui a conduit de nombreux opérateurs à opter pour un orgue mécanique ou une table tournante, la percée du film sonore et la recherche de qualité de Mortelmans.
 
A cette époque, la direction était surtout considérée comme une récompense pour d'éminents compositeurs. Néanmoins, Mortelmans a dû consacrer beaucoup de temps et d'énergie aux questions administratives. Dans une lettre de Pol De Mont du 16 juin 1926, il se plaint de la bureaucratie qui tue toute créativité : "La vie exige de moi, seule, un grand sacrifice. Composer? Je suis tellement pris dans les rouages de la machine administrative que je ne sais plus si j'ai jamais été capable de composer ou si je suis capable de composer à nouveau". Le plus grand mérite de Mortelmans en tant que directeur de conservatoire était peut-être qu'il attachait beaucoup d'importance aux concerts du conservatoire symphonique. En mai 1933, par exemple, il organisa un festival de Brahms de trois jours. C'était l'une de ses dernières activités en tant que directeur de conservatoire car cette année-là, il a atteint la limite d'âge et Flor Alpaerts lui a succédé.
 
   © www.svm.be - Studiecentrum voor Vlaamse Muziek vzw - Jan Dewilde

 

 

Société Royale des Nouveaux Concerts

Nieuwe Concerten 1910  
En 1903, Lodewijk Mortelmans fût fondateur et chef d’orchestre de la Koninklijke Maatschappij der Nieuwe Concerten à Anvers. (Société des Nouveaux Concerts)
 
Grâce à lui, cet orchestre était à la pointe de la vie musicale belge. Il y invitait d’illustres chefs d’orchestre, comme Gustav Mahler, Siegfried Wagner, Hans Richter, Richard Strauss et Sergei Rachmaninov et leur présentait un ensemble parfaitement préparé.
Des solistes mondialement célèbres, comme Pablo de Sarasate, Jacques Thibaud, Eugène Isaye, Pablo Casals et Fritz Kreisler ont joué sous sa direction.
Il était un chef d’orchestre de grand format qui parvenait à associer une technique parfaite à une musicalité exquise.

 

 

1921 Tournée en Amérique 

Gabrielle Mortelmans  
Durant une tournée triomphale aux Etats-Unis (1921), Pablo Casals lui proposait de postuler pour la fonction de chef d'orchestre du Boston-Symphonic. Plusieurs de ses oeuvres y fûrent publiés, entre autre chez Schirmer à New York et chez Composers Musical Corporation.
 
Mais Lodewijk Mortelmans refusa cette offre, ayant perdu sa femme et deux de ses fils en 1917. Evidemment il se sentait le seul responsable de ses cinq autres enfants et de leur éducation.
 
 
 
Gabrielle Mortelmans
 
 
Lodewijk Mortelmans & Gabrielle Radoux  
Ce voyage débuta la nuit du 29 mars 1921 au départ d'Anvers vers Baltimore à bord du navire Nerviër (armateur Lloyd Royal Belge). La Cunard Line fût choisi pour le voyage du retour, vu que la navigation par ces navires suite aux conflits étaient devenu périlleux. Le 9 juin 1921 Mlle. Gabrielle Radoux, Daisy Jean et lui-même partirent pour Cherbourg à bord du RMS Saxonia pour une traversée de 10 jours. Puis ils prendraient le train direction Anvers. Dans sa correspondance, il espère rentrer à la Helenalei pour le 23.
 
Lodewijk Mortelmans se remariait le 14 janvier 1922 avec la pianiste et pédagogue de musique Gabrielle Radoux.
 
 
Lodewijk Mortelmans & Gabrielle Radoux
   ©www.libraryconservatoryantwerp.be

 

 

 

1922 Navea - 1945 Sabam

NAVEA  
Nationale Vereeniging voor Auteursrecht (NAVEA) - Société Nationale de Droits d'Auteur
La NAVEA a été fondée à Anvers le 30 novembre 1922 à l'initiative d'Emiel Hullebroeck.
Cette association était issue de la "Genootschap voor Vlaamsche Componisten" (Société des compositeurs flamands), également fondée le 29 janvier 1922 à l'initiative d'Emiel Hullebroeck, avec Flor Alpaerts, Lode Baekelmans, Lode Monteyne et Lodewijk Mortelmans comme co-fondateurs.
Les objectifs de la Société étaient de former la "base d'une vie musicale flamande florissante" et "si possible, d'établir une Société des auteurs flamands, qui défendrait avec diligence les droits de nos poètes flamands". Après 1935, la Société a cessé d'exister, mais la NAVEA a pu se développer davantage. En 1945, la NAVEA a été transformée en une institution nationale bilingue sous le nom de SABAM. (Société des Auteurs belges – Belgische Auteursmaatschappij).
 
En 1922, les fondateurs étaient :
1. Lodewijk Mortelmans, compositeur, Professeur au Conservatoire Royal flamand d'Anvers
2. Lode Baekelmans, homme de lettres à Anvers.
3. Emiel Hullebroeck, professeur à la Rijks Normaalschool de Gand, compositeur à Bruxelles
4. Edward Verheyden, compositeur, professeur au Conservatoire royal flamand d'Anvers
5. Flor Alpaerts, compositeur, directeur de l'Opéra royal flamand d'Anvers, des Concerts de la Société Royale Zoologique et du Fonds Peter Benoit
6. Jan Broeckx, compositeur, chef de chœur, pédagogue musical, secrétaire de la Société
7. Frans Van Dyck, directeur de la Société royale "De Broederband" à Anvers
8. Lode Monteyne, homme de lettres
    (© : Wikipedia)
 
NAVEA Lodewijk Mortelmans était co-fondateur, membre fondateur, et le premier président de l'association des droits d'auteurs NAVEA
ayant le numéro de membre 1.
Il était également membre de l'Académie royale flamande des sciences, des lettres et des beaux-arts.
 
Photo : Lodewijk Mortelmans & Emiel Hullebroek
 
 
 

 

 

1937 Eugène Ysaÿe - 1951 Concours Reine Elisabeth

1938 Concours Eugene Ysaye Eugene Ysaye Logo Concours Reine Elisabeth
 
 
 
Lodewijk Mortelmans a élargi les horizons de la vie musicale belge et fut, entre autres, l'un des fondateurs du Concours Eugène Ysaÿe.
 
 
 
de gauche à droite : Lodewijk Mortelmans, Joseph Jongen, Eugène Ysaÿe
 
 
 
Eugene Ysaye Eugene Ysaye Eugene Ysaye  
Eugène-Auguste Ysaÿe (Liège, 16 juillet 1858 – Bruxelles, 12 mai 1931)
 
En hommage au violoniste Eugène Ysaÿe, la reine Elisabeth de Belgique a fondé en 1937 un concours de musique pour violon appelé "Concours Ysaÿe".
Après 1951, ce concours est devenu la section triennale de violon du Concours Reine Elisabeth.  

 

 

1945 Dr. J. L. Broeckx

Boek Broeckx
Le Dr. Jan L. Broeckx témoigne dans son livre sur Lodewijk Mortelmans de la dimension universelle, intemporelle et illimitée, de la musique du compositeur.
(Een Van-Nu-en-Strakser der muziek - Editions NV. Standaard-Boekhandel 1945)
 
hand in plaster
 

 

 

Bösendorfer

Bösendorfer piano Lodewijk Mortelmans  
Le piano à quart de queue Bösendorfer de Lodewijk Mortelmans de 1926.
 
C'est sur cet instrument exceptionnel que le défunt pianist Philibert Mees a joué durant des années. Lui-même avait acheté le piano du compositeur et chef d'orchestre Ivo Mortelmans, fils de Lodewijk. C'est la famille Mees qui a fait don de ce piano à notre Fondation.
 
Aujourd'hui, il est entreposé dans le musée privé Maison Mortelmans à Anvers, à peine à 20m de la maison familiale des Mortelmans. Dirk Schiltz, actuel président de la fondation, est gérant de ce musée.
 
 

 

 

Antwerpen - Helenalei 17

Helenalei 17 Antwerpen  
Après sa mise en pension en 1933, Lodewijk Mortelmans se retira à Waasmunster où il continua de composer de la musique pour piano, l'orchestration de ses Lieder, l'arrangement des Lieder populaires et l'écriture d'un manuel pour contre-point.
 
Il voyagait toutes ces années entre la maison dans la Helenalei et leur maison de campagne 'Het Patrijske' à Waasmunster. Et lorsqu'il n'y avait pas de tram sur la Linkeroever (Rive Gauche de l'escaut à Anvers), on continuait à pied, ce qui se produisait de temps à autre (approx. 30km). Waasmunster lui offrît la chance de se promener dans les alentours, avec la nature comme source d'inspiration.
Il y vivait et travaillait, avec Gabrielle Radoux, et où la famille leur rendait visite.
 
Histoire de famille :
"Un jour vers 1920, il a attrapé une pneumonie, parce qu'il a dû attendre le tram dans le froid sur la Linkeroever. Et plus tard, en 1952 sa santé se déteriorait, et le rendit un temps malade, d'abord à la Helenalei et puis à l'hôpital. Après trois semaines, épuisé, entièrement usé, il y est décédé."
 
 
 
Plaque Commémorative : AGENDA : Dimanche 24 JUIN 2012 :
Pour le 60ième anniversaire du décès de Lodewijk Mortelmans, une plaque commémorative a été divulgée à son domicile, Helenalei 17 à Anvers.
 

 

 

Waasmunster - Het Patrijske

 
   Maison de Gabrielle Radoux - sa deuxième épouse.
Waasmunster Het Patrijske Waasmunster Het Patrijske
 
   Lodewijk Mortelmans en visite,  avec sa fille Holda,  avec sa filleule Erica Schiltz et son chien Bobby,  et à Hoogboom avec sa fille Frieda et famille
Lodewijk Mortelmans Waasmunster Lodewijk Mortelmans Waasmunster - Holda Lodewijk Mortelmans - Erica Schiltz, Bobby - Waasmunster Lodewijk Mortelmans - Frieda

 

 

Décès

Lodewijk Mortelmans décède le 24 juin 1952 à l'hôpital "Sint-Camillus Gesticht", actuellement Gasthuiszusters, à Anvers. Il était veuf de Madame Gabrielle Mortelmans, et époux de Madame Gabrielle Radoux. Le monument funéraire pour Lodewijk Mortelmans se trouve sur le grand champ d'honneur N du cimetière Schoonselhof à Anvers.
Lodewijk Mortelmans Honorary Medals  
Autant les Pays-Bas que la Belgique lui ont décerné de hautes distinctions honorifiques:
  - Ere-bestuurder van het Koninklijk Vlaamse Konservatorium
  - Lid van de Koninklijke Vlaamse Academie
  - Stichtend lid van de Koninklijke Maatschappij der Nieuwe Concerten
  - Groot-Officier in de Leopoldsorde
  - Groot-Officier in de Orde van Oranje Nassau
  - Groot-Officier in de Kroonorde
  - Commandeur in de Leopoldsorde
  - Commandeur in de Kroonorde
  - Officier in de Leopoldsorde
  - Ridder in de Kroonorde
  - Burgerlijke Medaille van 1e Klasse van 1914-1918.

 

 

LFM